• 14 de Julhet a Clarmont

     Aqueste dia per lo quau desfilan militars per las carrèras exagonaus e donc occitanas, qu’estó lo parat de tornar afirmar la nosta solidaritat dab los nostes camarades bascos qui manifestèn tanben (http://iehsegi.wordpress.com/actualite-3/),  dab tots los pòbles jos dominacion francesa mes tanben contra las guèrras imperialistas que son miadas per l’Estat francés.

    Cette journée au court de laquelle défilent des militaires dans les rues hexagonales et donc occitanes, a été l’occasion de réaffirmer notre solidarité avec les camarades basques qui manifestaient eux aussi (http://iehsegi.wordpress.com/actualite-3/), avec tous les peuples sous domination française mais contre contre les guerres impérialistes menées par l’Etat français.

    Lo lor dia de hèsta, lo noste dia de luta !

    Se lo 14 de julhet ei ua hèsta tà la Republica francesa, tà nosautes occitans, aquesta data n’ei pas qu’un dia de luta mei.

    Un dia de luta tà copar dab lo mite d’ua revolucion e d’ua republica qui demora colonialista, imperialista e injusta. Ua republica aus servicis deus interés capitalistas e qui contunha de negar la diversitat deus pòples e de las culturas de l’Estat francés com los drets, en particular lo dret a autodeterminà’s, qu’ei a díser a decidir per eths-medish.

    Aquesta Republica dita revolucionària qui ‘s hè seguir com de costuma un esteruc : lo napoleonisme, aqueste centralisme qui blòqua tot un heish de libertats e d’oportunitats de desvolopar alternativas.

    Un 14 de julhet en Occitania n’i a pas de drapèu francés a las frinèstas (i cau véder un signe ?), la nosta istòria qu’ei ocultada, la nosta lenga e la nosta cultura tostemps mespresadas. Tot açò au nom d’ua republica « Ua e Indivisible » que tota diversitat e semblaré engüeishar.

    Quin arrespetar la Vau Republica, començada per un còp d’Estat e qui n’ei pas mei adaptada a la nosta epòca actuau ?

    Qu’avem lo sentiment que lo bilan deu XXau sègle n’estó pas integrat de com caleré que sia

    integrat peus nostes governants. Lo besonh de bastir ua auta societat, basada sus l’egalitat sociau, l’arrespècte deu noste environament e lo poder locau, qu’ei vadut evident.

    Uèi qu’ei un dia de hèsta tà l’Estat frances mentre que guerreja sus mantuns fronts (Libye, Afghanistan, Còsta d’Ivòri,…) e nosautes, pòples devath la dominacion francesa, que deverem trucar las mans cap a ua politica que n’avem pas causit e qu’arrefusam ?

    Libertat ! non pòt acceptar ua tau accion costosa, ineficaç, inutile e imperialiste. Perqué l’Estat frances e’s senteish tostemps lo besonh d’anar impausar lo son punt de vista au rèsta deu monde ? N’i a pas d’autes prioritats tà nosautes, pòples deu monde qui lutam cada dia tà sortir deu sistemi ?

    Lo 14 de julhet 2011, quauquas personas (mei anar mensh numerosas) que vienen aclamar aquestas armadas qui tuan au nom de la democracia. E devem hestejar ua « grana nacion » dab armas ? Quina plaça tà la cultura e tau sentiment colectiu ?

    Aqueste dia n’ei pas briga constructiu ! Qu’ei simplament l’apologia deu militarisme contrari a las valors que revendicam tà l’Occitània de doman. Que hestejam ua revolucion mentre qu’ei la borgesia jacobina qui a pres lo poder e qui’u consèrva tostemps.

    (version francesa)

    Leur jour de fête, notre jour de lutte!

    Si le 14 juillet est une fête pour la République française, pour nous, occitans, cette date n’est qu’un jour de plus de lutte.
    Un jour de lutte pour rompre avec le mythe d’une révolution et d’une république qui reste colonialiste, impérialiste et injuste. Une république aux services des intérêts capitalistes et qui continue de nier la diversité des peuples et des cultures de l’Etat français ainsi que leurs droits, en particulier le droit des peuples à s’autodéterminer c’est-à-dire à décider par eux-mêmes.

    Cette République soit disant révolutionnaire qui traîne toujours avec elle ce boulet qu’est le napoléonisme, ce centralisme qui bloque bien des libertés et des opportunités pour développer des alternatives.

    Un 14 juillet en Occitanie il n’y a pas de drapeaux français aux fenêtres (faut-il y voir un signe?), notre histoire est occultée, notre langue et notre culture toujours méprisées. Tout cela au nom d’une République “Une et indivisible” que toute diversité semblerait inquiéter.

    Comment respecter cette Ve République débutée par un coup d’Etat et qui n’est plus adaptée à notre époque actuelle?

    Nous avons le sentiment que le bilan du XXe siècle n’a toujours pas été intégré par nos gouvernements. Le besoin de construire une autre société, basée sur l’égalité sociale, le respect de notre environnement et le pouvoir local, est devenu criant.

    Aujourd’hui c’est un jour de fête pour l’Etat français alors qu’il guerroie plus que jamais sur différents fronts (Libye, Afghanistan,  Côte d’Ivoire,…) et nous autres, peuples sous domination Française, devrions applaudir des deux mains une politique que nous n’avons pas choisie et que nous refusons? Libertat ne peut accepter une telle action couteuse, inefficace, inutile et impérialiste. Pourquoi l’Etat français ressent-il ce besoin permanent d’imposer son point de vue au reste du monde ? N’y a t-il pas d’autres priorités pour nous, peuples du monde qui luttons chaque jour pour sortir de ce système ?

    Le 14 juillet 2011, certaines personnes (de moins en moins nombreuses) viennent applaudir ces armées qui tuent au nom de la démocratie. Doit-on fêter une “grande nation” avec des armes? Quelle place pour la culture et le sentiment collectif?

    Cette journée n’est en rien constructive! C’est simplement l’apologie du militarisme contraire aux valeurs que nous revendiquons pour l’Occitanie de demain. Nous fêtons une révolution alors que c’est la bourgeoisie jacobine qui a pris le pouvoir et le conserve encore.

     Des initiatives ont eu lieu a Pau,a Clarmont et au Pays Basque


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :